VOLER EN ULM 


CAMI : UN DES PREMIERS CLUBS RECONNUS OFFICIELLEMENT
POUR FORMER DES INSTRUCTEURS ULM

En février 2016, le CAMI voyait ses efforts visant à développer l'activité ULM récompensés par l'agrément DGAC reconnaissant officiellement le club comme école de formation d'instructeurs ULM


UN ULM, C'EST QUOI ?

Un ULM ou 'Ultra Léger Motorisé'' est un aéronef, c'est-à-dire un appareil qui vole avec des caractéristiques particulières qui se résument à:
- au maximum un appareil biplace ne pouvant emporter qu'un seul passager en
plus du pilote.
- une masse maximale au décollage, tout compris (machine, passagers, carburant, bagages, etc.) de 300 Kg pour un monoplace ou 450 Kg pour un biplace (472.5 kg avec parachute de secours)
- un moteur développant une puissance maximale continue de 45 KW (61 CV) pour un monoplace, et 60 KW (82 CV) pour un biplace, sauf exception dans certaines classes.
- une vitesse minimum d'atterrissage de 65 Km/h.

Il existe 6 classes d'ULM, qui se différencient par leurs principes de vol :
- paramoteur (Classe 1): un moteur dans le dos et une voile type parachute
- pendulaire (Classe 2) : un chariot motorisé et une voile triangulaire
- multiaxe (classe 3), celui du CAMI: en 2 axes ou 3 axes,
   avec une vitesse de décrochage inférieure à 65km/h.

- autogire (classe 4): rotor libre en voilure tournante et moteur tractif ou propulsif
- aérostat ultraléger (classe 5): une petite montgolfière
- hélicoptère ultraléger (classe 6).

SE POSER DANS UN CHAMP ?
L’ULM, c’est aussi la possibilité de se poser dans un champ pour peu qu'on ait l'accord de son propriétaire, et qu'on respecte par ailleurs la réglementation (zone interdites de survol, réglementées, etc…).

DU VOL PAR BEAU TEMPS
Si 15 noeuds plein travers restent faciles sur beaucoup d'avions d'aéroclub, cela devient moins évident en ULM. L'ULM, très léger, est par ailleurs très sensible aux turbulences, aux rabattants, et n'est souvent pas équipé pour voler en conditions météorologiques dégradées. L'ULM reste une machine de beau temps.

LA PANNE OMNIPRÉSENTE
L'oeil du pilote ULM doit s'exercer à toujours garder au coin de la pupille un champ "vachable". La philosophie de l'ULM consiste à considérer que la panne est possible à tout instant, et que le pilote doit donc être prêt à se poser à tout instant. Le vol en ULM se fait donc en "sautant" visuellement de champ en champ, et en évitant les grandes forêts ou étendues d'eau. Le pilote ULM doit savoir choisir un champ, en fonction du vent, de la présence d'arbres, de lignes électriques, de routes, du type de culture. Dans cette philosophie, le poser ULM, même sur un terrain avec piste, se fait quasiment toujours moteur plein réduit en planer.

CONTRÔLE OU PAS CONTRÔLE ?
Beaucoup de pilotes ULM ne désirent pas accéder aux terrains contrôlés ni même utiliser la Radio et vivent leur passion sur des terrains non contrôlés.

RÉGLEMENTATION "LIGHT" POUR LES ULM
L'entretien n'est pas contrôlé par un organisme de quelque sorte, et relève totalement de la responsabilité du propriétaire, et du pilote (responsable de sa visite prévol et donc de sa décision de décoller).

UN BREVET ULM PAR CLASSE, DE VALIDITÉ PERMANENTE. PAS DE VISITE MÉDICALE.

Un pilote peut être breveté ULM dans une classe, par exemple en Pendulaire, et s'il désire passer la classe Multiaxes il n'aura qu'à se faire former par un instructeur ULM dans la classe désirée puis à faire apposer cette nouvelle classe sur son brevet ULM. Il n'y a plus d'obtention du brevet ULM par équivalence pour les pilotes avions. Néanmoins ceux-ci sont dispensés de l'épreuve théorique commune, et n'ont qu'à être formés et testés par un instructeur ULM. La qualification d'emport passager se passe après le brevet ULM, et dans chacune des classes d'ULM. Cette qualification est apposée sur son brevet, et fait l'objet d'un perfectionnement du pilotage et d'un apprentissage de la gestion d'un passager. De la même manière, l'utilisation de la radio n'est pas incluse dans la formation au brevet ULM, mais fait l'objet d'une qualification distincte et apposée sur le brevet ULM.




UNE PRATIQUE DE L'ULM PLUS ENCADRÉE AU CAMI

L’aérodrome de Chavenay est contrôlé, il est rattaché aux AEROPORTS DE PARIS.
Le CAMI est le premier club à avoir obtenu l’autorisation de créer une école ULM sur ce terrain et, depuis février 2016, le premier club agréé pour la formation d'instructeurs ULM.

Etant un club avion, le CAMI a naturellement intégré dans sa flotte un ULM multiaxe (un FK9 MARK 3), dont les principales différences par rapport à nos avions sont le poids et la réglementation qui s’y rattache. Cet aéronef est attribué à nos 2 activités classiques : l’école et le voyage. Pour son activité ULM, le CAMI s'est imposé un cadre un peu plus restricif.

1) Basé sur une plateforme aéronautique ayant une activité intense, le CAMI soumet ses élèves pilotes et pilotes ULM aux mêmes règles de navigation que les pilotes avions, en particulier au niveau des règles d’intégration et de l’utilisation de la radio.

2) La « philosophie ULM » qui permet des possibilités différentes est adoptée par notre club, à la condition que les pilotes respectent la réglementation ULM en vigueur. Tout pilote ULM au CAMI devra être contrôlé et qualifié par un instructeur du club.

3) En tant que club, notre volonté est de maintenir le même esprit, la même convivialité entre pratiquants ULM et pratiquants avion, notre règlement étant d’ailleurs élaboré en ce sens. Au CAMI, la visite médicale est obligatoire. De même l'entraînement minimal à effectuer annuellement est conforme aux statuts du Club et identique à l’entrainement minimal des 3 mois.





PASSER SA LICENCE
DE PILOTE ULM
AU CAMI

UNE FORMATION EN 2 ÉTAPES :

- étape 1 pour pouvoir voler seul
- étape 2 pour pouvoir emmener un passager

ETAPE 1
BREVET DE PILOTE ULM & QUALIFICATION RADIO

Le programme de formation propre à chaque classe multi-axes en vue de l'obtention du brevet ULM s’établit sur une cinquantaine de cours pratiques.
L'examen théorique consiste en 60 questions tirées des annales ULM; la réussite nécessite 75% de bonnes réponses.
La formation en vol se fait sur un ULM FK9 (classe 3); elle inclut la délivrance de la qualification RADIO suite à un test en vol consistant, au cours d’une navigation effectuée avec son formateur, à traverser une zone contrôlée, et à se poser sur un aérodrome contrôlé. Le brevet pratique est délivré par un autres instructeur suite à un test au sol (connaissances spécifiques à la classe 3) et un test en vol; il donne la qualification multi-axes et l’habilitation d’utiliser l’ULM du CAMI en tours de piste, pour des vols locaux et des voyages vers des terrains ouverts à la circulation aérienne publique et des plateformes reconnues (selon liste CAMI), mais sans passager. Il faut environ 30 heures (5 heures pour les pilotes brevetés AVION) d'instruction en vol pour passer le brevet pratique; chaque élève est unique, la durée est donc adaptée aux compétences de chacun. Le maintien de cette habilitation nécessite un vol au minimum tous les 3 mois (dans le cas contraire, un vol de contrôle avec un instructeurs nécessaire).


ETAPE 2
QUALIFICATION EMPORT PASSAGER

Cette phase de perfectionnement pratique et théorique inclut la navigation sur des longs trajets et la gestion d'un passager. Cette qualification ne peut être délivrée qu’après 10h de vol solo pour un breveté ULM ou 5h de vol solo ULM pour pilote avion avec sa licence en état de validité, et suite à un contrôle au sol du maintien des connaissances (base idem au brevet et gestion d’un passager) et d’un test en vol.



 

COMBIEN ÇA COÛTE ?


Au coût des heures de vol (95€/heure avec instructeur) s'ajoutent les coûts suivants :
- casque (150-200€),
- cartes aéronautiques (25€/carte),
- carnet de pilote (75€),
- cotisation au CAMI (200€),
- assurance fédérale FFA (74€).
Soit un budget global d'environ 3.300€ pour obtenir le brevet de pilote ULM, sans qualification aéronautique préalable.

FORMATION ABRÉGÉE POUR LES PILOTES BREVETÉS AVION

 

 

ALORS, ULM OU AVION ?

AU CAMI, ON PEUT FAIRE L'UN OU L'AUTRE OU LES DEUX

On y pratique l'avion et l'ULM dans les mêmes conditions
- formation théorique gratuite,
- préparation aux brevets fédéraux,
- instructeurs bénévoles,
- sécurité et maintien des compétences aussi rigoureuses que pour l’avion,
- règles de qualifications pour la réservation en solo de l’ULM identiques à celles de l’avion,
- tarifs parmi les plus bas d’Ile de France, et ... le plaisir de piloter à seulement 30 mn de Paris.

Plusieurs pilotes "AVION" du CAMI sont passés à l’ULM et pratiquent désormais alternativement les 2 types d’aéronefs pour leur plus grand plaisir. De même, des pilotes "ULM" ont obtenu la qualification PPL-avion.